La concertation pour l'élaboration du Schéma de Cohérence et du Plan Climat est lancée
Voir la carte du pays
Eglise de Saint Julien de Vouvantes
L' église de Saint Julien de Vouvantes et sa crypte avec son étonnant dépôt lapidaire fait l'objet de visites guidées chaque été par Renée Pucel, habitante de la commune passionnée d'histoire.   La crypte de l'église de St Julien de Vouvantes est ouverte exceptionnellement lors d'une visite découverte La crypte de l'église de St Julien de Vouvantes est ouverte exceptionnellement lors d'une visite découverte

La prochaine visite se déroule le vendredi 8 juillet 2016 à 14h30. Gratuit.

La commune de Saint Julien de Vouvantes tient son nom d'un miracle qui serait survenu en sa chapelle au XVe siècle. Étape sur la route des galères de Brest à Toulon, le bourg servait régulièrement de relais pour les prisonniers.

On raconte que l'un d'entre eux, ayant prié avec une grande ferveur Saint Julien de lui accorder le pardon, aurait vu ses chaînes tomber, et ce à trois reprises. La nouvelle remonta jusqu'à Tours, où l'évêque, lui-même grand fidèle de la mémoire du saint, aurait alors proposé au village, à l'époque sans nom, de rendre hommage au martyr en adoptant le sien. Les terres appartenant au seigneur de Vouvantes, on compléta le nom de la ville avec son patronyme.

Le développement du pèlerinage de saint Julien de Brioude et le soutien de Jean V, duc de Bretagne, aboutirent à la construction d'une vaste église pour accueillir les pèlerins. Cet édifice, agrandi au cours des siècles, se révéla en très mauvais état à la fin du XIXe siècle, ce qui conduisit à le détruire et à le remplacer, à partir de 1886, par l'église actuelle, oeuvre de l'architecte François Bougouin, qui édifia la plus vaste église du département de Loire Atlantique après la cathédrale de Nantes.

Les sculptures et autres vestiges, sauvés de la démolition par le marquis de Balby de Vernon, érudit local, furent placés dans la vaste crypte de la nouvelle église, de façon à constituer une sorte de petit musée lapidaire. L'église de Saint Julien de Vouvantes est la plus grande de Loire Atlantique après la cathédrale de Nantes L'église de Saint Julien de Vouvantes est la plus grande de Loire Atlantique après la cathédrale de Nantes

On y trouve, parmi de nombreux éléments d'architecture et de retables, les chapiteaux du retable du maître-autel sculptés en 1670 et de l'autel de la Vierge en 1700, des clés de voûte et des a rmoiries en relief comme celles de Michel Guibé, recteur bénéficiaire de Saint Julien et évêque de Léon en 1477, les armes de Bretagne, de Jean de Montfort-Laval et celles du fief de Vioreau ou encore les armes de François de Vigré, seigneur de la Briays datant de 1694.

On signalera également de nombreuses statues comme celles de saint René, de saint Benoît et de l'Éducation de la Vierge. Le tout représente près d'une centaine d'éléments. Cette accumulation de fragments sculptés resta ainsi en place pendant des décennies dans des conditions de conservation très peu favorables comme le montrent les clichés anciens.

En 2000, en accord avec la commune, une opération d' étude et de conservation préventive de l'ensemble du dépôt lapidaire de l'ancienne église fut lancée dans le but d'aménager, dans une pièce attenante à la crypte, une réserve destinée à recevoir les pièces inventoriées et nettoyées.

L'intervention a été confiée au restaurateur de sculptures, Pierre Floc'h, qui a procédé à la consolidation des pierres fragilisées et à la fixation des vestiges de polychromie. L'intervention a coûté 21 732 € et a été aidée par l'Etat à hauteur de 10 866 €.

Ces travaux ont démontré la richesse et la diversité des éléments conservés. Les fragments ont été sauvés, dans l'attente de la réalisation d'une présentation pérenne des plus belles pièces.
Citéo / eZPublish © Inovagora
Menu haut Contenu Accessibilité Accueil Plan du site Rechercher sur le site Contact Mentions légales