La concertation pour l'élaboration du Schéma de Cohérence et du Plan Climat est lancée
Voir la carte du pays
Vous êtes dans : Nous connaitre |  Histoire du Pays | 
Histoire du Pays

A l'époque de l'empire carolingien, le Pays de Châteaubriant, dénommé également Pays de la Mée, appartenait aux Château de Châteaubriant façade renaissance Château de Châteaubriant façade renaissance Marches de Bretagne, comme Rennes, Nantes ou Vannes. Nominoë, comte de Vannes, prit possession de cette zone forestière, suite à sa victoire à la bataille de Jengland-Beslé en 851 (près de Messac). Depuis cette date, le Pays de Châteaubriant resta dans la mouvance bretonne.

Au XIème siècle, les sources citent pour la première fois le Pays de la Mée. Un historien nantais du début du siècle, A. Bourdeau, pense que ce territoire est né des conflits autour de l'investiture de l'évêque de Nantes, au XIème siècle. Cependant, les documents sur lesquel il fondent son hypothèse sont sujets à caution.

La première source fiable citant le Pays de la Mée est la charte de fondation du prieuré de Donges vers 1070. Dans ce document, le vicomte Frioul demande que son corps soit ramené, "s'il venait à mourir soit en la Mée, soit en Anjou ou en Touraine". Ce texte permet de confirmer l'existence du Pays dès le début de la période féodale.

Un siècle plus tard, en 1158, Conan, comte de Bretagne, céda Nantes et le comté de la Mée à Henri II Plantagenêts, roi d'Angleterre. Ce commentaire du chroniqueur des Plantagenêts, Robert de Thorigny, comporte vraisemblablement une erreur, puisque la Mée ne fut jamais érigée en comté. Par la suite, l'abbaye de Redon obtint d'Henri II la confirmation de ses possessions dans le territoire guérandais et dans la Mée. De son côté, Guillaume le Breton rapporte qu'en 1206, Jean sans Terre, cinquième fils d'Henri II, ravagea le territoire nantais et celui de la Mée.

Après le rétablissement de l'administration sous les Plantagenêts, le Pays de la Mée devint une sénéchaussée, dont le titulaire était Geoffroy, seigneur de Châteaubriant. Peu à peu, cette désignation tomba en désuétude et ne fut plus utilisée que pour qualifier l'archidiaconé (qui est une circonscription religieuse).

Le présent texte est un extrait d'une recherche historique menée dans le cadre d'une étude commanditée par les Chambres consulaires en 1997 pour une démarche de labellisation des éleveurs du Pays de Châteaubriant.

Citéo / eZPublish © Inovagora
Menu haut Contenu Accessibilité Accueil Plan du site Rechercher sur le site Contact Mentions légales